Une expérience extraordinaire - lifespark - movement against the death penalty

search
Go to content

Main menu:

Une expérience extraordinaire

being a pen pal

(ma première visite à Ely - Nevada en Octobre 2004)

Les sentiments qui accompagnent une première visite dans un lieu tel que celui où j'ai rencontré mon correspondant pour la première fois sont extrêmement forts et contrastés. D'une part une joie sans pareil et de l'autre, une profonde douleur.

Durant les quelques mois qui ont précédé ces moments, le temps semblait s'être arrêté. En premier lieu, il fallait obtenir l'autorisation de visite. Des semaines d'une attente déterminante pour l'avenir de la relation. Puis, une fois le privilège de visite acquis, une longue liste d'interdits ainsi qu'une liste ardue concernant l'habillement lors des visites. Trouver les vêtements adéquats à une première rencontre fut un réel casse-tête. Comme on le dit souvent, on n'a jamais une seconde chance de faire une première impression. Je finis donc par opter pour quelque chose de simple qui correspondait le plus à la personne que je suis et qui devait être acceptable aux yeux des gardiens. Pour assurer le coup, John m'avait suggéré de prendre des vêtements de rechange dans la voiture, juste au cas où. Le temps passa ainsi, partagée entre l'excitation, l'angoisse et la peur. Je devais faire ce voyage seule et malgré les découragements de certains et le soutien inconditionnel de mon mari, il était devenu évident que je devais me lancer et dépasser ce que je croyais être mes limites.

Le jour J finit par arriver. Le début des visites était à 9 heures et John m'avait vivement recommandé de me rendre à Ely au moins trente minutes à l'avance pour être en tête de liste et éviter de perdre un temps précieux. Sur place, je me suis donc présentée la première et l'on m'a immédiatement confisqué mon passeport ainsi que les clés de ma voiture de location. Ma première impression a été plutôt bonne m'étant préparée au pire. J'ai été accueillie par des gardiens, fouillée minutieusement, passée au détecteur de métaux puis enfin, l'heure était venue de pénétrer ce monde inconnu et effrayant. A cet instant, j'étais envahie par des palpitations grandissantes à l'idée de notre rencontre. Allait-il me reconnaître ? Aurions-nous des choses à nous dire durant les 6 prochaines heures ? Toutes ces questions me taraudaient depuis déjà un certain temps mais, devant l'imminence de notre rencontre, prenaient des proportions enivrantes. Heureusement, l'instant tant attendu ne tarda pas à se concrétiser et John arriva le premier, les mains libres et se dirigea vers moi instantanément avec un sourire qui en disait long sur la joie que ma visite lui procurait. Nous nous sommes regardés un instant et aussitôt le contact était établit. Ainsi, nous avons parlé tout en nous tenant les mains sur la table qui nous séparait, sans nous quitter des yeux durant 6 heures, excepté pour faire cuire un hamburger ou un sandwich de l'automate et à côté duquel il y a un micro-ondes que seul le visiteur est en droit de manipuler. Le courage et la bonne humeur dont il a fait preuve durant toute la première journée de visite m'ont presque permis d'oublier l'endroit dans lequel je me trouvais. En fait, lorsque soudainement le gardien nous a demandé de ranger les tables, je levai les yeux et réalisai que je ne savais plus très bien où j'étais. La pièce réservée aux visites, dans laquelle toutes les visites avec les condamnés à mort ont lieu en même temps, n'est éclairée qu'aux néons et il est donc facile de perdre toute notion de temps. Ainsi, après s'être pris un instant dans les bras, je quittai la prison et regagnai le motel, le coeur confus et toutes mes croyances chamboulées.

La deuxième et dernière journée (pour cette fois) a été assez similaire à la première, mais le compte à rebours ayant commencé, le poids de la situation dans laquelle se trouvait mon ami se faisait sentir. Grâce à sa détermination, j'ai réussi à me concentrer sur l'instant présent afin de ne pas en perdre une miette et nous avons eu le privilège de partager certaines tranches de nos vies respectives. Nous avons pu approfondir les liens qui nous unissaient déjà et ancrer une amitié sincère et tendre qui enrichit nos vies de façon considérable. Toute bonne chose ayant une fin, l'heure du départ finit par sonner et ce fut avec quelques larmes que nous nous sommes séparés avec la conviction que nous nous reverrions bientôt.

Chacun des instants passés à ses côtés resteront à jamais gravés dans ma mémoire. Une fois les émotions digérées, il me reste un souvenir d'une intensité indicible et je crois avoir reçu une belle leçon de vie. Son courage ainsi que son sens de l'humour et son moral d'acier me serviront d'exemple à tout jamais. Depuis, notre amitié n'a cessé de croître et je crois pouvoir dire que c'est une expérience extraordinaire. Cette expérience m'a ouvert les yeux sur une chose importante : lorsque la motivation est suffisamment grande, on est capable de faire exploser les croyances limitatives que l'on peut se créer. Parfois, je me demandais pourquoi je voulais faire face à tant de difficultés, mais aujourd'hui je sais que grâce à cette rencontre, j'ai retrouvé une confiance en moi que je croyais avoir perdue. J'en ressors grandie et enrichie de nouvelles croyances et de plus mon horizon en est grandement élargi.

 
 
Back to content | Back to main menu